La monnaie des Hautes-Alpes

Epoque mérovingienne (VIème - VIIIème Siècle)

1) Repères historiques :

En 476, c'est la chute de l'Empire romain. Notre région est occupée par les Burgondes, puis par les Wisigoths.

En 507, Clovis, roi des Francs bat les Wisigoths. Entre 534 et 536, les Francs sont définitivement maîtres de la Provence.

Le pays est partagé en petites zones contrôlées par un collecteur d'impôts et un numéraire. Ces zones sont appelées "pagi".

Pour les Hautes-Alpes, nous avons 3 pagi : le pagus Vuapencencis (Gap) ; le pagus Ebredunensis (Embrun) et le pagus Brigantinus (Briançon).

2) Numismatique :

Le monnayage de cette époque se caractérise par son incroyable complexité. Pourtant, seul le roi a droit de battre monnaie ; mais il délègue ce droit à ses collecteurs d'impôts qui doivent, en principe, frapper à son nom. Mais ce principe n'est pas toujours respecté.

Le monnayage est frustre : les portraits sont souvent imités des portraits immobilisés des monnaies byzantines ou romaines, sans aucun rapport avec le portrait réel du roi.

Quant aux légendes, outre le nom du roi légitime, on y voit aussi apparaître le nom de la ville où les impôts ont été collectés ; et le nom du monétaire qui a fondu l'or et frappé la monnaie.

Pagus Vuapencensis (Gap)

VI - VIIème siècles :

Triens, or, 15 mm, 1, 34 g

D/ + VAPINCO FIET étoile

Buste impérial tourné à droite, coiffé d'un casque : la poitrine est couverte d'une cuirasse drapée, sous forme d'un cordon perlé. Cercle extérieur.

R/ VICTORIA AVSTON

Croix potencée sur un globe et accostée des lettres M - A. Cercle extérieur.

Ce triens est anonyme.

Collection de La Bibliothèque Nationale, Paris. Unique.

Belfort n° 4671- Roman n° 1 - Prou n° 2474 - Dhénin n° A

 

VI - VIIème Siècles :

Triens, or, 15 mm, non pesé

D/ LAVNO MIRI : MO

Buste impérial tourné à droite, vêtu du paludamentum ; la tête ceinte d'un diadème perlé.

R/ + VAPINCOFITUR I W

Croix sur un globe accostée des lettres V - A avec des barres d'abréviation, et des chiffres II - V

Ce triens est attribué au monétaire Launomirus.

Collection du Cabinet des médailles de Marseille

Belfort n° 4672 - Roman n° 2 - Dhénin n° B

Pagus Ebredunensis (Embrun)

Image (6).jpg

Dagobert (623 - 639)

Triens, or, 16 mm, 1,15 g

D/ + DAGO BERTVS

Buste diademé à droite ; devant le profil, une croix. Trait simple au pourtour.

R/ ΔONATV S couché  mONETA Ω

Croix latine pattée, centrée d'un globule sur un degré et un gros globe, cantonnée d'un globule aux 1 et 2, et de ER au 3 et B au 4. Dans un diadème de perles ouvert par le bas avec anneau d'attache centré, et deux rubans perlés recourbés en volute. Dans la zone de la légende, un signe Ω qui est la dégénérescence d'un anneau d'attache avec ruban. Trait simple au pourtour.

Flan très large.

Collection de La Bibliothèque Nationale

Belfort n° 1848 - Prou n° 64

artimage_18520_877558_201004163542706.jpg

Chlotaire (656 - 670)

Triens, or, 15 mm, 1,10 g

D/ CHLOTHACA  RIVSRIX (S retournée)

Buste diademé à droite, drapé. Trait au pourtour.

R/ + AVNEBERTOMVNETARIO (AV liées)

Croix latine pattée, centrée d'un globule, cantonnée d'un globule aux 1 et 2, et de E au 3 et B au 4, dans un grènetis. Trait simple au pourtour.

Le revers nous donne le nom du monétaire Aunebertus.

Collection du musée d'Auxerre (?)

Belfort n° 1847

artimage_18520_877590_201004163553289.jpg

VI - VIIème Siècles :

Triens, or, 13 mm et 1,17 g, 14 mm et 1,20 g

D/ EBERDVN O.EET et EBERΔVN OEET

Tête diadémée à droite. le diadème double se termine par une perle à chaque extrémité.

R/ ΔOMERICVSMVNI (S retournée) et ΔOM RICVSMVNI (S retournée)

Croix sur deux degrés, accostée du chiffre V - II rétrograde. trait au pourtour.

Ces triens sont attribués au monétaire Domericus.

Collection de La Bibliothèque Nationale

Belfort n° 1849

Belfort n° 1846 - Roman n° 2 (perçée) - Prou n° 2554

artimage_18520_877602_201004163557194.jpg

VI - VIIème Siècles :

Triens, or, 13 mm, 1,22 g

D/ EBE[R]DVNOFIT

Buste diadémé à droite, épaule cintrée.

R/ + MERICVSMONITARI[VS]

Croix latine sur deux degrés, dans un cercle perlé.

Ce triens peut être attribué au monétaire Domericus.

Collection du musée des Beaux-Arts de Lyon.

Belfort n° 6169

 

VI - VIIème Siècles :

Triens, or, 11 mm, 1,25 g

D/ EBRE  DVGVD (Belfort)  ou EBRE  DISVLA (Roman)                                

                        NVFI                                       MVE

Note : Belfort et Roman ne sont pas d'accord sur la lecture de la légende du droit de cette monnaie ; de plus, ils en donnent chacun une gravure différente, pouvant faire penser à deux monnaies différentes !! Je donne les deux légendes mais je ne reproduis que la gravure de Belfort.

Buste diadémé à droite.

Le coin avait servi primitivement à frapper des monnaies de Domericus mais il a été retouché. Le nouveau monnayeur a remplacé les quatre dernières lettres par les trois premières de son nom GVD (ou VLA) ; et, revenant sur sa décision, il a tracé à la pointe dans le champ les lettres qu'il avait supprimées dans la légende NVFI (ou MVE)

R/ DO T étoile TRICVMVNIT

Croix grecque sur deux degrés, les extrèmités sont légèrement pattées. dans un grènetis.

Le coin avait porté le nom de Domericus, mais son successeur (?) n'a utilisé que les lettres qui pouvaient servir à l'inscription de son nom. Sur le droit, il avait déjà inscrit la première syllabe GVD, il ne conserva de DOMERICVS seulement que le DO et RICV ; et après avoir supprimé la syllabe ME, il remplit la place vide par une étoile entre deux T.

Ce triens est attribué au monétaire Gundericus.

Belfort n° 1850 - Roman n° 1

 

 

VI - VIIème Siècles :

Triens, or, ? mm, non pesés, 2 exemplaires

D/ EBRED VN◊FIT  et  EBRED   ◊FIT

Buste diadémé à droite.

R/ + VI    MONITARIVS  et  VESPELI    EMVN

Croix latine, légèrement pattée, sur deux degrés, accostée des lettres EB, dans un grènetis.

Même si les deux exemplaires diffèrent : l'attache du diadème au droit ; le grènetis, ouvert sur l'un, fermé sur l'autre ; une croisette initiale sous la croix au revers pour l'un, rien pour l'autre ; visages assez dissemblables, il est à peu près vraisemblable, non seulement que les deux coins sont l'oeuvre d'un même artiste, mais encore que tous deux aient été gravés pour le même monétaire.

Ces triens sont attribués au monétaire Vespelio.

Belfort n° 1852 - Roman n° 3

Belfort supplément : Dr. Trachel

 

VI - VIIème Siècles :

Triens, or, 12 mm, non pesé

D/ + EBRV  VNO

Buste impérial à tête très petite à droite. Le diadème ne se révèle que par le prolongement derrière la tête marquant l'attache.

R/ + VEO     IVMMON

Croix latine légèrement pattée, sur deux degrés placés au dessus d'un demi-cercle qui coupe la légende ; accostée des lettres EB, dans un diadème formé d'un simple trait. Les croisettes initiales sont pommetées.

ce triens reste anonyme bien que nous ayons une partie du nom du monétaire : Veo...ium.

Ancienne Collection Poncet

Belfort n° 1851 - Roman n° 4

 

VI - VIIème Siècles :

Triens, or, 12 mm, 1,20 g

D/ + EBREDV  NOSMV

Buste diadémé à gauche.

R/ SISIBERTS  MO

Croix latine aux extrémités évasées, la hampe accostée de C et d'un C retournée dans un cercle perlé.

Ce triens est attribué au monétaire Sisibertus ou Sigibertus.

Collection du musée des Beaux-Arts de Lyon

Belfort n° 6170

artimage_18520_878537_201004153941673.jpg

VI - VIIème Siècles :

Triens, or pâle, 13 mm, 0,97 g

D/ H    OT

Buste barbare à droite, orné d'un diadème à perles. La tête est séparée des épaules, le manteau en trapèze est orné de deux globules aux angles supérieurs et coupé horizontalement par une ligne de trois perles.

R/ +   .  N   A

Dégénérescence d'une croix fourchée, soudée sur un degré fourché, sur un globule, accostée de EB. Dans un grènetis en guirlande.

Ce triens est anonyme.

Collection du musée des Beaux-Arts de Lyon.

 



07/07/2008

A découvrir aussi